A propos

Ma p’tite histoire

Je m’appelle Nadège.

Je suis cueilleuse de plantes sauvages comestibles et médicinales en Franche Comté dans le Doubs  tout prés de Montbéliard.

Alors non, je ne suis pas tombée dans la marmite des plantes sauvages quand j’étais toute petite 🙂

Je n’ai pas non plus parcouru le monde.

Je ne connais pas beaucoup de pays autrement que sur une carte ou dans les reportages.

Mes grands-mères n’étaient pas très différentes de vos grands-mères. Elles m’ont transmis des valeurs, des règles de vie mais pas de recettes à base de plantes sauvages.

Je n’ai pas de diplôme autre que ceux que j’ai acquis dans ma vie d’étudiante, de maman, d’élue dans ma commune, d’animatrice dans une association sportive et de femme au travail. Les diplômes de la vie !

Mais je ne pars pas de rien non plus, je me suis formée :

  • Botanique : MOOC Tela Botanica, certification obtenue
  • Phytothérapie : le Chemin de la nature de Christophe de Hody
  • Formation aux plantes sauvages : Nature et abondance de Florence Laporte
  • Formation sur le terrain aux plantes sauvages : Serpes et Chaudron
  • Les livres de François Couplan, le référent français en Ethnobotanique, de Jean Valnet « Phytothérapie »
  • La sylvothérapie ou Shinrin yoku : initiation avec Eric Brisbare
  • L’arboriculture (taille des fruitiers) avec l’association Vergers Vivant de Montbéliard

Oui mais bon, alors comment on en vient aux plantes sauvages?

Je me souviens juste qu’en étant gamine, je passais mon temps dehors, dans le jardin à piquer des fraises ou manger de l’oseille frais et des noix (miam miam).

Ce que je veux vous dire simplement, c’est que connaitre les plantes sauvages, les arbres, quelques champignons est à la portée de toutes et tous, de 7 à 97 ans !

Je suis tombée dans la marmite très tard, après 40 ans. Je vous explique tout dans cet article : L’effet Forêt

Avec une bonne dose de curiosité, un grand bol de ‘ce que je sais faire :  c’est écouter, transmettre, éduquer pour donner un sens à ce que je fais là’, une tasse d’optimisme et une pincée d’enthousiasme, j’apprends à (re) découvrir ‘avec d’autres yeux’ la nature, les plantes, la flore et la faune sauvage.

Comment peut on connaitre les plantes sauvages?

Derrière nous, 3 988 000 années de cueillettes pour moins de 12 000 années d’agriculture.

Nous avons cela en nous, on l’a juste un peu oublié, contraint ou forcé, ou les deux (et surtout avec un bon marketing (brrr j’aime pas ce mot là…)  )

Il y a bien sur les plantes sauvages toxiques, il faut apprendre  à les identifier. Il y a aussi les usages si on veut se soigner avec les plantes etc….

J’ai pour ambition de faire de ce site un espace où vous trouverez de manière accessible les plantes les plus ‘Simples’ mais pas que.

Je vais aussi proposer des sorties natures pour apprendre à identifier ces plantes sauvages en toute sécurité, proche de Belfort – Montbéliard dans notre belle Franche Comté.

Et pas que ça ! Mes premières expériences m’ont appris que concrétiser l’usage des plantes sauvages est un gros plus : il y aura donc des ateliers de transformation !

Alors, vous vous lancez ?

enfants-heureux-retrouver-nature_plantes-sauvages

2 Commentaires

    • Alain Hédin sur 14 janvier 2021 à 9h41
    • Répondre

    Moi aussi je suis tombé dans la marmite des plantes sauvages, j’ai toujours aimé et vécu dans la nature, mais très tard dans les plantes sauvages, à 60 ans ! j’ai suivi des formations, lu beaucoup, fais beaucoup de balades avec des botanistes, consulté moultes sites internet et pages facebook. Pour retenir le meilleur moyen étant de transmettre, j’anime depuis trois ans autour de Rouen des stages d’initiation à la cueillette des plantes sauvages et de balades botanique sur l’observation et la détermination des plantes. Votre site est très intéressant, bravo pour la présentation originale des plantes.

    1. Merci Alain ! Je cherche une façon simple de partager et que cela soit accessible au plus grand nombre.
      Et Bravo pour votre engagement et vos réalisations ! je suis tout à fait d’accord. De mon côté en Franche Comté plutôt au Nord du Doubs (dans un premier temps), je prévois dès mars de (re) proposer des dates de sorties nature avec identification et cueillette de plantes sauvages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.